Rapports

Vendredi 7th Octobre 2016
La biologie synthétique est employée pour créer une plateforme destinée à la production d’arômes et de fragrances prétendument « naturelles » — incluant les huiles essentielles extraites à partir de plantes retrouvées en Haïti. Les entreprises de biologie synthétique visent à produire de petites quantités de composés aromatiques ou odoriférants à forte valeur ajoutée à partir de microorganismes modifiés, qu’elles présentent comme étant une solution de rechange aux coûteux produits végétaux importés ou à leurs succédanés obtenus par synthèse chimique.

La biologie synthétique et l'agriculture intelligente face au climat

Mardi 9th Février 2016

Plusieurs des plus grandes entreprises agro-industrielles de la planète mettent de l’avant l’idée peu développée de l’agriculture intelligente face au climat (AIC) afin de redorer le blason de l’agriculture industrielle et lui donner le qualificatif d’industrie “adaptée au climat”. Ce rapport dévoile la façon dont certains promoteurs de l’AIC adoptent les outils associés à la manipulation génétique extrême appelé biologie synthétique afin de développer un ensemble de fausses solutions à la crise climatique.

en collaboration avec la Fondation Heinrich Böll

Mercredi 9th Décembre 2015

L’industrie de la biologie synthétique, qui procède à des manipulations génétiques extrêmes, se distancie rapidement de ses prétentions initiales de nous mener vers un avenir propre, respectueux de l’environnement et sans pétrole. Nombre de cadres et d’entreprises en démarrage du domaine de la biologie synthétique tentent plutôt de s’allier avec des entreprises qui ont des intérêts dans la fracturation hydraulique, le schiste bitumineux et le gaz de schiste.

Une comparaison entre les systèmes alimentaires industriel et paysan

Mercredi 7th Mai 2014

La face cachée des systèmes alimentaires. Il y a environ cinquante ans, lors du premier Sommet mondial de l’alimentation qui s’est tenu en juin 1963, les Nations unies se sont fait dire que « Nous avons les moyens et la capacité d’éradiquer la faim et la pauvreté de la surface de la Terre de notre vivant – tout ce qu’il nous manque, c’est la volonté de le faire. » Depuis lors, cette phrase est devenue le mantra de tous les sommets de l’alimentation. Les gouvernements n’ont toutefois qu’une connaissance très partielle en ce qui concerne l’approvisionnement et la consommation d’aliments. Cette réalité est d’ailleurs apparue horriblement évidente en 2007, alors que les gouvernements n’ont pas été en mesure de reconnaître qu’une crise alimentaire mondiale se dessinait à l’horizon.

  •  
  • 1 sur 4
S'abonner à Rapports